Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Nicolas Sarkozy au Mexique. Pourquoi faire ?

Nicolas Sarkozy a décidé de se rendre au Mexique, accompagné de son épouse, auprès d'un président particulièrement déstabilisé et dans un pays qui est en train de devenir une véritable menace pour les Etats-Unis et même l'Europe. Que va-t-il y faire ? Que va-t-il y vendre ou y acheter ? La question n'a semble-t-il pas vraiment été discutée dans les milieux politiques ni les médias.

Un précédent voyage en mai 2008 n'avait semble-t-il pas provoqué beaucoup de résultats. Le seul sujet polarisant l'attention est celui de la jeune française Florence Cassé dont le président de la République pourrait obtenir le rapatriement- sans d'ailleurs que l'on se pose la question des contreparties à cette mesure de faveur – alors que le cas beaucoup plus honorable de Mme Bétancourt avait agité sans fin la presse.

La perception géostratégique des Français étant nulle, le Mexique est sans doute encore considéré par eux comme un lieu de vacances idéales. C'est en train semble-t-il de devenir une des poudrières du monde. Le renseignement américain en fait dorénavant un danger plus important pour la sécurité intérieure des Etats-Unis que l'Afghanistan, l'Iran ou le Pakistan. Une armée de sicarios ou hommes de mains lourdement armés au service des gangs de narco-traficants, forte  de 100.000 hommes, occuperait en permanence la zone frontière avec l'Amérique et certaines municipalités tels que Ciudad Juarez. La guerre civile serait de plus en plus présente dans l'ensemble du pays, alors que l'armée et la police y seraient de plus en plus corrompues.

Les spécialistes américains de la sécurité disent craindre qu'à partir des frontières, crise aidant, les villes américaines frontalières, voire des Etats fédérés entiers, basculent dans l'économie du crime ou, plus simplement, dans la sécession. On sait que l'éclatement de l'Etat fédéral entre 3 ou 4 morceaux est considéré par beaucoup d'experts (y compris le russe Panarin) comme un risque probable pour les prochaines décennies. Mais le Mexique et la sécession représentent-ils un risque véritable ? S'agit-il au contraire d'arguments présentés par les conservateurs américains extrémistes pour justifier une future militarisation de la société civile, destinée à faire face à des émeutes de la misère, sur le modèle de ce qui s'est esquissé à la Nouvelle-Orléans ? Aucune éventualité n'est à exclure.

Tout ceci justifierait en tous cas que Nicolas Sarkozy n'aille pas là-bas se livrer à l'une de ses improvisations diplomatiques, nuisibles aussi bien à la diplomatie française qu'aux intérêts économiques de la France. Il est malheureusement difficile d'y voir clair un peu à l'avance. Ce qui est une situation anormale en démocratie. 

 



06/03/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire