Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les chances de Marine Le Pen d'accéder à l'Elysée

Aujourd'hui le décompte des intentions de vote la crédite de 40% d'opinions favorables. Les candidats les plus proches atteignent péniblement les 30%. Elle devrait donc gagner le premier tour en tête. Ceci sauf si un ou plusieurs des candidats déclarés renonçait à se présenter au profit d'un autre d'entre eux.
Mais que seraient ses chances d'être élue au second tour, autrement dit de devenir présidente de la République. Tous les analyses politiques la considèrent comme devant alors être battue. Certes une partie des voix des Républicains, de la gauche et des électeurs de Macron pourraient se reporter sur elle, voire certains abstentionnistes, mais ceci ne suffirait pas, selon les prévisionnistes, à lui donner la majorité.

Ceci dit, il faut se méfier des prévisions qui sont rarement désintéressées. Elles émanent de « spécialistes » dont on peut craindre la proximité avec l'actuel système politique. En ce sens, elles ont intérêt à sous-évaluer le nombre des partisans de Marine Le Pen, ceux-ci se trouvant alors peu incités à voter.

Pour notre part, nous pensons que les prévisionnistes officiels sous-estiment, involontairement ou plutôt volontairement, un phénomène nouveau qui s'est produit récemment aux élections américaines et qui risque de se reproduire dans d'autres élections européennes. Un nombre important d'électeurs s'étant portés au premier tour sur d'autres candidats, comme un nombre plus important d'électeurs jusqu'ici abstentionnistes, voteront pour Marine Le Pen dans l'espoir de casser ce que l'on nomme dorénavant le Système, c'est-à-dire la conjonction des intérêts financiers et politiques d'inspiration atlantiste qui gouvernent la France depuis la fin de la dernière guerre. En ce sens, ils ne s'arrêteront pas à son passé politique, sa personnalité ou même son programme.

Peu importe alors que Marine Le Pen n'ait pour le moment rien de convaincant à proposer, notamment sur le plan économique (notons que ces lacunes pourraient être rapidement comblées). Il lui suffit de laisser penser qu'en recommandant par exemple la sortie de l'euro et le rapprochement avec Moscou, elle bouleverserait le Système d'une façon telle que des idées et initiatives nouvelles pourraient enfin se faire entendre.

Bien plus, certains de ceux qui souhaitent un changement profond en France, lequel aurait d'ailleurs des répercussions dans d'autres pays européens, pensent qu'un désordre général, y compris dans la rue, momentanément provoqué par l'arrivée de Marine Le Pen à l'Elysée, serait la matrice d'où pourraient renaitre une France et une Europe actuellement engluées dans un conservatisme mortifère.

Beaucoup d'électeurs, notamment dans les classes moyennes et le prolétariat, pourraient s'inquiéter d'un tel désordre où ils risqueraient de perdre leurs faibles avantages actuels. Mais d'autres devraient être prêts à courir le risque, dans l'espoir du changement profond et positif qui pourrait en résulter. Même si les conditions de ce changement sont actuellement indiscernables, ils seraient prêts à faire confiance à l'avenir, c'est-à-dire aux forces que libérerait alors l'éclatement de l'actuel carcan.

NB. Cet article ne recueille pas nécessairement l'approbation de tous les membres de notre conseil de rédaction.

21/02/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire