Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Sarkozy : bien à l'extérieur, mauvais à l'intérieur

Nous avons reconnu sans arrière-pensée que les remèdes contre la crise présentés par Nicolas Sarkozy, en tant que président du Conseil européen, nous paraissaient aller dans le bon sens. Mais pour le moment, il ne s'agit que de déclarations destinées à l'extérieur. A l'intérieur, les annonces de Nicolas Sarkozy et l'action du gouvernement sont à la fois plus ambiguës et, quand elles sont explicites, manifestement insuffisantes. Il sera difficile d'entraîner la conviction à l'extérieur si l'on ne donne pas un exemple très fort à l'intérieur.

Mais pour cela, il faudrait que le gouvernement s'engage dans une réforme du capitalisme libéral bien plus approfondie que celle actuellement décidée.  On peut en donner deux exemples. Est-il pertinent, comme Edouard Balladur lui-même l'a fait observer, d'ouvrir des crédits publics aux banques sans leur imposer un représentant de l'Etat capable de veiller à ce que ces crédits aillent favoriser les investissements d'entreprises ou de collectivités visant le long terme et non des soutenir de nouvelles opérations spéculatives ? Mais qui donnerait à de tels représentants des consignes au nom de l'Etat étant constaté que celui-ci ne possède plus d'instances capables de définir les objectifs de politiques économiques publiques aujourd'hui nécessaire ? Quant au fonds souverain dit Fonds stratégique d'investissement proposé, que sera son efficacité s'il ne dispose que du budget ridicule envisagé ?  Par ailleurs, l'Etat ou la Caisse des Dépôts aujourd'hui sollicitée devront-ils rechercher les soutiens des fonds souverains étrangers pour couvrir les emprunts qu'ils devront faire, si des ressources propres ne leurs sont pas affectées.

Mais il y a plus grave. Les déclarations très attendues du Chef de l'Etat à Rethel le 28 octobre pour annoncer des mesures destinées à amortir les effets de la crise financière sur l'emploi et les entreprises n'ouvrent aucune  perspectives nouvelles. On en reste aux vieilles recettes, qui dans l'ensemble tournent autour du traitement social du chômage, au mieux de la "sécurité sociale professionnelle". Rien n'est proposé  qui pourrait véritablement créer de nouvelles activités en remplacement de celles qui sont, qu'on le veuille ou non,  condamnées à décroître.

La fusion de l'ANPE et de l'Unedic en un "pôle emploi", la réforme de la formation professionnelle. La relance des contrats aidés et l'extension du contrat de transition professionnelle (CTP), sont sans doute nécessaires, mais ces mesures, d'ailleurs coûteuses, ne jetteront pas les bases d'une nouvelle économie. Celle-ci devrait être axée sur la relance massive des recherches et de l'innovation venant des laboratoires publics et des industries, ainsi que sur l'aide aux entreprises engageant de véritables paris technologiques, qu'elles soient françaises ou européennes. Au-delà de cela, il faudrait jeter les bases de grandes actions à long terme, reposant sur ce qu'il faudra bien recommencer à nommer des filières de développement et des infrastructures incitatives, dans les domaines des énergies renouvelables, de l'habitat dit passif, de l'automobile électrique et autres sujets souvent évoqués ici et dont nous ne referons pas la liste. Favoriser les emplois dans les services à la personne et la restauration est peut-être utile, mais ce ne seront  pas ces activités qui nous sortiront de la crise.

Or nous sommes obligés de constater que le discours de Rethel n'a rien présenté de précis sur ces questions. Des réponses claires et d'application immédiate seraient pourtant seules à même de rassurer des salariés tels que ceux de l'automobile. Sans une refonte profonde de la filière, celle-ci ne pourra que pérécliter, aussi bien en France qu'en Europe.

(rédaction provisoire)
28/10/2008
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire