Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Coopération russo chinoise en matière de boucliers anti-missiles

Les anti-missiles évoqués dans notre brève d'actualité précédente (Voir Au revoir le BMDE. Rebonjour le BMDE), ne visent rappelons-le qu'à intercepter les missiles dits tactiques, qu'ils soient on non porteurs de tètes nucléaires. Or les Etats-Unis comme la Russie (précédemment l'URSS), ont mis au point depuis les années 1970, en pleine guerre froide, des missiles dits intercontinentaux ou stratégiques (ICBM). Ceux-ci sont capables d'atteindre sans efforts des pays situés à l'autre bout, si l'on peut dire, de la planète.

Les différents pays nucléaires s'efforcent de moderniser en permanence ces matériels. Les Etats-Unis l'ont fait systématiquement. Vu leur vitesse de pénétration, il est pratiquement impossible d'intercepter les ICBM, sauf en orbite. Mais même en cas, comme l'ont montré les simulations de guerre spatiale (guerre des étoiles), la difficulté est extrême. C'est pour tenir compte de cette difficulté défensive que les grands pays ont développé des plates-formes capables d'une deuxième frappe, non détectable (par exemple à bord des sous-marins nucléaires). Ils comptent sur les dégâts que pourrait produire celle-ci chez l'attaquant pour dissuader une éventuelle première attaque de sa part.

Un pays attaquant, de son côte, doit lui aussi de se prémunir contre une frappe en retour en mettant en place des systèmes de missiles (ou boucliers anti-missiles) susceptibles de détruire les frappes de dissuasion dont dispose l'adversaire.

Or l'équilibre géostratégique relatif mis au point durant la guerre froide est désormais menacé. D'une part l'Amérique veut à nouveau développer son armement nucléaire, en ouvrant de nouvelles bases dotées de nouvelles générations de bombes et de missiles, dans la perspective de conflits, non seulement avec la Russie mais avec la Chine. Ces deux pays à leur tour préparent des réactions.

Le point important, dont les conséquences politiques internationales seront considérables, est que dans ce cadre la Russie collaborera avec la Chine pour mettre au point de nouveaux boucliers anti-missiles, la première apportant ses compétences technologiques et la seconde ses ressources financières et économiques. Ainsi se concrétisera, dans le domaine militaire, l'alliance entre BRICS souvent évoquée ici. Les Américains, suivis en cela par leurs plus fidèles alliés, notamment au sein de l'Otan, en tireront argument pour justifier leurs implantations Aegis, même si celles-ci, nous venons de le voir, ne sont guère utiles face à des missiles intercontinentaux.

La meilleure façon pour l'Europe de se prémunir contre un renforcement nucléaire des deux pays les plus importants du BRICS serait de se rapprocher d'eux, ou tout au moins de se découpler de l'Otan. Le général de Gaulle, de son temps, n'aurait pas hésité.

* Sur la coopération entre la Russie et la Chine, actuellement à l'étude, voir La voix de la Russie en français http://french.ruvr.ru/2014_10_13/La-Russie-et-la-Chine-creeront-elles-un-bouclier-antimissile-ensemble-7299/


15/10/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire